Quelle image vous vient spontanément à l’esprit quand vous pensez à la méditation ? Comme beaucoup, vous imaginez peut-être une personne assise en position du lotus, les yeux fermés, les mains tendues, murmurant un flux continu de mantras « Om ».

Cette caricature fait que de nombreux chrétiens ne sont pas à l'aise avec la notion de méditation, voire la rejettent complètement. La méditation serait réservée aux mystiques et aux yogis, et non aux enfants de Dieu.

Mais en réalité la méditation est une discipline chrétienne. Plus encore, c’est une discipline qui devrait nous caractériser. Mais avant d'enfiler votre pantalon de sport et d'adopter la position du lotus pour votre temps de silence, faisons la distinction entre la pratique mystique de la méditation et la pratique de la méditation telle qu'elle est préconisée dans la Bible. Quel est l’objet de la méditation chrétienne ? Pourquoi devrions-nous la pratiquer ? Et comment ?

Le Psaume 1 nous dit que celui qui est appelé bienheureux est celui qui se réjouit de la loi du Seigneur et qui la « médite jour et nuit » (v. 2). Lorsque le psalmiste évoque la méditation, l’objet de sa réflexion est la loi de Dieu (la Torah), les promesses de Dieu, les œuvres de Dieu et les voies de Dieu. Le rappel de ces choses se trouve dans les écrits sacrés que nous connaissons aujourd'hui sous le nom d’Ancien Testament. Les disciples contemporains du seul vrai Dieu considèrent que l’objet de notre méditation comprend l’ensemble des Écritures, de la Genèse à l’Apocalypse.

Ainsi donc, le « quoi » de notre méditation, ce sont les Écritures. Mais le « pourquoi » importe également. Et cela contraste avec la méditation des yogis. La méditation mystique consiste à vider l’esprit dans le but de le faire taire. Ceux qui recherchent les bienfaits de la méditation sont invités à se concentrer sur leur respiration et à apaiser leurs pensées dans le but de soulager le stress, l’anxiété ou d’autres formes de détresse ou de confusion mentale.

En revanche, la méditation chrétienne consiste à nourrir l’esprit en vue de l'action. C’est un mode d’apprentissage par la répétition constante des mêmes idées. Cela implique l’étude, la réflexion et la rumination. Contrairement à la méditation mystique, la méditation chrétienne voit la compréhension comme le fruit d’une réflexion sur tout ce qui est vertueux (Ph 4.8). La méditation chrétienne n’est pas une fin en soi, elle est destinée à produire le fruit d’une vie juste. En Josué 1.8, Dieu dit à Josué : « Que ce livre de la loi ne s'éloigne point de ta bouche ; médite-le jour et nuit, pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit ».

Mais qu’en est-il du « comment » de la méditation chrétienne ? Les méthodes de méditation mystique font parfois des incursions dans la pratique chrétienne : « Si je lis un verset, que je reste bien tranquille et calme mon esprit, l’Esprit insufflera ses révélations dans ce grand vide. » Bien qu'elle parte d'une bonne intention, cette approche conduit souvent à de monumentales erreurs d'interprétation. Elle tend à faire l'impasse sur toute réflexion concernant le contexte d’un passage pour promettre un bénéfice immédiat sous la forme d'une mise en pratique ou d'un encouragement.

Article continues below

Free Newsletters

Sign up for our Mensuellement [Monthly] newsletter: CT en français vous proposedes contenus de ChristianityToday.com traduits en français.

More Newsletters

Oui, les Écritures ont un sens clair que l’Esprit illumine, mais elles offrent aussi des niveaux de compréhension de plus en plus profonds lorsque nous en faisons notre objet de méditation constant. En d’autres termes, la rumination engendre l’illumination. L’Esprit Saint répond à l'emploi judicieux de notre esprit en nous donnant perspicacité, sagesse et compréhension.

La méditation chrétienne adhère à la vérité bien connue selon laquelle la répétition est la source de tout apprentissage. Nous méditons sur les paroles de Dieu en les lisant et les relisant.

Puisqu'il nous est donné de vivre à une époque où l'accès aux Écritures est d'une aisance sans précédent, nous avons à notre disposition une multitude de possibilités. Nous pouvons lire d’abord une première traduction, puis une autre. Nous pouvons écouter une version audio des Écritures grâce à une application. Nous pouvons les entendre chantées et apprendre à les chanter nous-mêmes. Nous pouvons les copier ligne après ligne dans un journal, en les priant au fur et à mesure que nous écrivons. Nous pouvons illustrer dans la marge ce que nous lisons. Nous pouvons lire les Écritures à haute voix en communauté ou dans le cadre familial, comme un moyen d'accomplir cette exhortation : « tu en parleras chez toi dans ta maison, et quand tu marcheras sur la route, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras » (Dt 6.7).

Pensez. Étudiez. Réfléchissez. Ruminez. Méditer sur les lois de Dieu, ses promesses, ses œuvres et ses voies nous exerce à penser en conséquence. Et cela nous incite à agir comme nous le devrions La méditation biblique ne promet peut-être pas d'atteindre un état de « zénitude », mais elle promet bien mieux que cela : la paix qui surpasse toute intelligence, fruit d'un esprit fixé sur les choses de Dieu.

Jen Wilkin est auteure et enseignante de la Bible. Elle milite en faveur de l'initiation à la lecture biblique et sa passion est de voir d'autres personnes devenir des disciples du Christ éloquents et engagés. Vous pouvez la retrouver sur JenWilkin.netet sur le podcast Knowing Faith.

Traduit par Valérie Dörrzapf

Révisé par Léo Lehmann

[ This article is also available in English español 简体中文 한국어 Indonesian, and 繁體中文. See all of our French (Français) coverage. ]