« Seront-ils prêts à l’entendre ? »

Assis en face d'un ami, Bill Pollard, je voyais sur son visage une expression empreinte d’espoir, mais aussi de quelques doutes. Je venais de partager avec lui le projet du Mouvement de Lausanne de réunir plus de 700 leaders chrétiens du monde des affaires, venant de plus de 100 pays un peu partout dans le monde.

C’était une vision que Bill approuvait : mobiliser les chrétiens pour qu’ils soient des instruments de Dieu sur leur lieu de travail afin que chaque sphère de la société puisse être touchée par le Royaume. Toutefois, il se demandait si certains responsables d’Église seraient prêts à croire à l'efficacité de ce type de ministère par le biais de responsables dits « laïcs ».

Ses interrogations reflètent une longue histoire au cours de laquelle le ministère chrétien a été considéré comme relevant de la responsabilité restreinte de « professionnels » tels que les pasteurs et les missionnaires. Des gens comme Bill ont contesté cette idée, cherchant à démontrer que chaque chrétien est appelé à se revêtir de l’habit sacerdotal.

Bill a été le directeur général de ServiceMaster qui, sous sa direction, a été reconnue par le magazine Fortune comme la première entreprise de services parmi les 500 entreprises du classement Fortune 500 et présentée par le Financial Times comme l'une des entreprises les plus respectées ...

Subscriber access only You have reached the end of this Article Preview

To continue reading, subscribe now. Subscribers have full digital access.