[Read in: English | Spanish | Portuguese | Chinese: Simplified or Traditional | Korean | Indonesian ]

James Innell Packer, mieux connu de beaucoup comme JI Packer, était l’un des leaders évangéliques les plus célèbres et les plus influents de notre époque. Il est décédé ce vendredi 17 juillet à l’âge de 93 ans.

JI Packer est né dans un village à la périphérie de Gloucester, en Angleterre, le 2 juillet 1926.

Il était issu d’un milieu modeste, étant né dans une famille qu’il qualifiait de classe moyenne inférieure. Le climat religieux à la maison et à l’église était celui de l’anglicanisme de nom plutôt que celui de la foi évangélique en Christ attesté comme Sauveur (quelque chose que Packer n’a pas appris dans son Église d’origine). L’expérience d’enfance qui a changé la vie de Packer est survenue à l’âge de sept ans lorsqu’il a été chassé de la cour d’école par un tyran sur la route très fréquentée de Londres à Gloucester, où il a été heurté par une fourgonnette et a subi une grave blessure à la tête. De ce fait, il a porté une bosse visible sur le côté de la tête pour le restant de sa vie. Néanmoins, Packer ne se plaignait pas et acceptait ce que la Providence avait amené dans sa vie depuis cette séquence d’enfance.

La conversion de Packer au Christ, qui s’est produite dans les deux semaines suivant son inscription en tant qu’étudiant de premier cycle à l’Université d’Oxford, a été bien plus importante que son accident. Packer a consacré sa vie au Christ le 22 octobre 1944, alors qu’il assistait à une rencontre d’évangélisation parrainé par la section InterVarsity (équivalent des Groupes Bibliques Universitaires) du campus. Bien que Packer ait été un étudiant sérieux poursuivant des études classiques, l'élan de coeur qui le portait, lors de sa vie à Oxford, était d'ordre spirituel. C’est à Oxford que Packer a assisté pour la première fois à des conférences de CS Lewis, et bien qu’ils n’aient jamais fait mutuellement connaissance, Lewis exercera une puissante influence sur la vie et le travail de Packer. Lorsque Packer a quitté Oxford en 1952, avec son doctorat sur Richard Baxter en poche, il n’a pas immédiatement commencé une carrière universitaire mais a exercé durant un mandat de trois ans en tant que pasteur de paroisse dans la banlieue de Birmingham.

Packer a eu une vie professionnelle variée. Il a passé la première moitié de sa carrière en Angleterre avant de déménager au Canada pour la seconde moitié. En Angleterre, Packer a occupé divers postes d’enseignement dans des facultés de théologie à Bristol, période au cours de laquelle il a passé un intermède de dix ans en tant que directeur de Latimer House à Oxford, un centre d’échange ayant en vue les intérêts évangéliques de l’Église d’Angleterre. C'est à ce titre que Packer a été l’un des trois leaders évangéliques les plus influents en Angleterre (avec John Stott et Martyn Lloyd-Jones). Le déménagement de Packer au Regent College de Vancouver en 1979 a choqué le monde évangélique, mais a élargi son influence pour le restant de sa vie.

Article continues below

Bien que Packer était un homme humble qui a répudié l’éthique du succès, sa vie se lit néanmoins comme une belle réussite. Son premier livre, Fundamentalism and the Word of God (publié en 1958) s’est vendu à 20 000 exemplaires au cours de sa première année et n’a cessé d’être imprimé depuis. En 2005, le magazine Time a désigné Packer comme l’un des 25 évangéliques les plus influents. Lorsque Christianity Today a mené une enquête pour déterminer les 50 meilleurs livres qui ont façonné l'identité évangélique, le livre de Packer Connaître Dieu est arrivé en cinquième place. Sa renommée et son influence ne constituaient pas un objectif qu’il avait l’intention d’atteindre. Par la suite, il a, d'ailleurs, fermement continué de refuser de cultiver ce genre d'état d'esprit. Au lieu de cela, il a établi sa notoriété en tapant sur sa machine à écrire (qu’il a utilisée pour composer ses articles et ses livres tout au long de sa vie).

JI Packer a rempli tellement de rôles que nous pouvons penser, à juste titre, qu’il a eu plusieurs carrières. Il gagnait sa vie en enseignant et était connu de ses étudiants comme un professeur. Mais le monde entier connaît Packer en tant qu’auteur et conférencier.

La renommée de Packer en tant que conférencier rivalisait avec sa stature d’auteur. Dans les deux domaines, sa générosité était inégalée. Aucun public ou lieu n’était trop petit pour que Packer accepte d'y prodiguer ses meilleurs efforts. Sa carrière d’édition a été une véritable étude de cas, puisqu'il a pratiquement accepté toutes les demandes qui lui ont été adressées. Son livre qui lui a, en quelque sorte, servi de signature, Connaître Dieu, (qui s’est vendu à un million et demi d’exemplaires) a commencé par une série d’articles bimensuels demandés par l’éditeur d’un petit magazine évangélique. Son premier livre, Fundamentalism and the Word of God, a commencé par une conférence à un groupe d’étudiants (l’éditeur a demandé une brochure mais Packer a écrit un livre). Peut-être que personne dans l’histoire n’a écrit plus de recommandations et de préfaces aux livres des autres que Packer.

Dans ses publications comme dans ses conférences, Packer avait la réputation d'un érudit puritain. Mais il était également un homme d’Église dévoué dont l’enseignement — il l'a dit — visait principalement l’éducation des futurs ministres du culte, et il a passé d’innombrables heures à siéger dans des comités d’Église. Pendant un quart de siècle, l’implication de Packer dans Christianity Today lui a donné une plate-forme d’essayiste qui s’est fréquemment focalisée sur des sujets de critique culturelle. Packer a eu une carrière de controversiste (par nécessité plutôt que par choix, m’a-t-il confié). Malgré cette classification, Packer s’est toujours identifié comme théologien; nous pouvons donc considérer ce statut comme sa vocation première.

Article continues below

Lorsque nous parlons de l’héritage laissé par une personne décédée, nous pensons, de manière trompeuse, en termes d’héritage posthume spéculatif, impossible à prévoir. L’héritage principal de JI Packer est l’influence qu’il a exercée sur certains événements de la chrétienté et sur la vie des gens au cours de sa vie. Incontestablement, c'est cela son héritage; et je voudrais à présent souligner ce que qui m'apparait être les façons les plus importantes dont Packer a atteint en les influençant les responsables de direction du christianisme au cours de sa vie.

Le premier livre de Packer constituait une défense de l’autorité de la Bible. Cette défense est devenue à la fois une véritable passion tout au long de sa vie et l’une des contributions les plus importantes que Packer a apportée au monde évangélique (l'évangélisme). Packer était extrêmement attaché à l’idée que les paroles de la Bible sont les paroles mêmes de Dieu. C'est pourquoi il a défendu la doctrine de l’inerrance de l’Écriture, qui n'était pas précisément dans l'air du temps. Il a, aussi, publié des livres sur la fiabilité de la Bible. Il a été rédacteur en chef général de la version Standard anglaise de la Bible, qualifiant ce projet de plus grande réussite de sa vie. JI Packer a donné aux évangéliques une place où se tenir en ce qui concerne l’autorité de la Bible. A titre personnel, aucun héritage de Packer n’a été plus important pour moi que celui-ci, à partir du moment où j’ai sorti une copie de poche de Fundamentalism and the Word of God d’une bibliothèque dans une librairie chrétienne de ma ville natale alors que j'étais étudiant.

La façon dont Packer est devenu un porte-parole des évangéliques conservateurs face à la libéralisation des tendances et des attaques, est une autre contribution importante que Packer a apportée de son vivant. Lorsque Packer a regardé en arrière avec satisfaction sa décennie de responsable dirigeant au sein du Conseil international sur l’inerrance biblique, il a pu dire qu'il « avait tenu la ligne » pour l’inerrance. Cette métaphore s’applique à de multiples causes auxquelles Packer a consacré ses meilleurs efforts. Packer a aidé à maintenir la ligne évangélique conservatrice sur de nombreuses questions théologiques telles que la nature de l’Écriture et son interprétation, le rôle des femmes dans l'Église et la position de l’Église concernant l’homosexualité. C’était un traditionaliste qui se tournait vers le passé pour trouver la vérité. Dans Connaître Dieu, il a cité Jérémie 6:16, avec son image des « antiques sentiers … où est le bon chemin », affirmant que son livre était un appel à suivre ces anciens chemins.

Article continues below

Un autre thème unificateur dans la vie de Packer était sa reconnaissance de la dignité de la personne ordinaire; cela aussi fait partie de son héritage. Packer n’a jamais perdu le contact avec l'homme du peuple dont il a absorbé la spécificité dans son éducation. C'est, par ailleurs, ce même esprit qui a été nourri par son identité de Puritain des derniers jours. Bien que Packer puisse écrire de façon spécialisée avec les meilleurs, sa vocation était d’écrire d'une écriture de niveau intermédiaire pour être compréhensible pour le profane. Il était totalement dépourvu de carriérisme. Le titre d’un Festschrift publié en son honneur s'est révélé parfaitement exact : « Faire de la théologie pour le peuple de Dieu ». Quand Alister McGrath a étiqueté Packer comme un théologiseur plutôt que comme un théologien, Packer l’a vécu comme « toute une découverte » qui l’a amené à conclure qu’il était « un catéchiste adulte », dédié à l’enseignement systématique de la doctrine pour le chrétien ordinaire. Packer n’était pas aussi peiné que certains savants l’ont été en n’ayant jamais achevé ou publié sa théologie systématique parce qu’il considérait que sa vocation était d'écrire des textes théologiques informels pour le profane.

Une autre partie de l’héritage qui se dégage de la vie de Packer, a été son caractère chrétien exemplaire qui a servi de modèle et d’inspiration à ceux qui le connaissaient. Sa piété se manifestait à chaque instant et sa présence était une bénédiction pour les gens qui passaient du temps avec lui. Ses paroles étaient des paroles de sagesse. Il était travailleur, mais en même temps généreux avec son temps. Comme les Puritains qu’il aimait, Packer croyait que la foi chrétienne était basée sur une pensée claire, mais qui engage aussi le cœur. JI Packer parlait avec la précision de la meilleure langue britannique, mais il dégageait en même temps une vraie chaleur spirituelle. Pour ceux qui ont eu la chance de l’avoir rencontré, nous avons immédiatement expérimenté Packer comme quelqu'un qui avait un esprit de parenté dans la foi et qui était un compagnon de route. La note spirituelle authentique était apparente.

Les écrits de Packer montrent ce qui comptait le plus pour lui, et ce qu’il pensait que l’Église aurait aussi dû valoriser le plus. Une partie de l’héritage de Packer consistait donc aussi à aider les chrétiens à établir le bon programme et à se préoccuper des bonnes choses. La liste des priorités de Packer incluait notamment la Bible, l’Église, une théologie correcte, la réalité de la sainteté de vie et la vocation. La raison pour laquelle Packer a écrit sur un si large éventail de sujets est non seulement qu’il avait un esprit actif et généreux, mais aussi qu’il avait à coeur que les chrétiens puissent penser correctement sur tous les sujets liés à la vie. JI Packer avait une passion pour la vérité dans tous les domaines.

Article continues below

JI Packer était aussi un homme de paradoxes. Il a été un anglican dévoué tout au long de sa vie, mais il a évolué avec la même facilité parmi l’aile non conformiste de l’évangélisme et a peut-être même été le plus influent dans les cercles réformés. Il était typiquement britannique, mais a vécu la moitié de sa vie d’adulte au Canada, et grâce à une autre pirouette, il apparait que la sphère de sa plus grande influence furent les États-Unis. Packer est devenu l’un des évangéliques les plus célèbres de son époque, mais il n’a jamais occupé un poste prestigieux dans une grande université et n’a jamais occuppé une chaire à haute visibilité de manière permanente. C’était un homme doux de nature plutôt pacifique, mais il se retrouvait constamment au centre de la controverse et était souvent décrié.

Lorsque nous nous demandons comment une personne aussi tranquille qui se bornait à s'occupper de ses propres affaires est devenue si célèbre et si influente, la réponse est que les publications de Packer étaient le véhicule par lequel ses idées étaient diffusées. Sa vie est donc un hommage au pouvoir de la parole écrite et publiée. Fort de ses écrits, Packer est également devenu un conférencier très connu. À la fois par écrit et en paroles, le contenu de ses interventions était toujours réfléchi, logiquement « emballé », clair et substantiel; aussi surestimait-il régulièrement le temps dont il disposait pour présenter la grande quantité de matériel qu’il avait préparé.

Packer lui-même a attribué la renommée et le succès qu’il a obtenus à la Providence divine, et il est évident que c’est bien le cas. Il n’a pas voulu être célèbre. Il a simplement accompli la tâche qui lui avait été confiée, pour finalement laisser le résultat à Dieu. S’adresser à des adolescents dans un salon était tout aussi approprié pour lui que de s’adresser à un auditorium bondé. JI Packer était avant tout au service du Royaume et de son Roi.

Lorsqu’on lui a demandé, tard dans la vie, quelles pourraient être ses dernières paroles à l’Église, Packer a répondu: « Je pense que je peux le résumer en quatre mots: Glorifier le Christ en toutes choses. » Cela peut servir d’épitaphe pour ce que Packer a fait de son vivant et ce qu’il fait maintenant.

Leland Ryken est professeur émérite d’anglais au Wheaton College, où il a enseigné pendant un demi-siècle. Il a écrit une biographie de JI Packer, intitulée JI Packer: An Evangelical Life.

Traduit par Jean-Paul Rempp

[ This article is also available in English español Português العربية 简体中文 한국어 Indonesianand 繁体中文. See all of our French (Français) coverage. ]