(NDT : les versions originales des différentes déclarations traduites dans cet article peuvent être retrouvées dans l'article original en anglais. La traduction en français de la lettre ouverte du conseil d’administration de RZIM peut être consultée ici.)

Une enquête de quatre mois a révélé que feu Ravi Zacharias a profité de sa réputation en tant qu’apologète chrétien de renommée mondiale pour abuser de massothérapeutes aux États-Unis et à l'étranger pendant plus d'une décennie, tandis que le ministère dirigé par les membres de sa famille et ses fidèles alliés a manqué à lui permettre de rendre compte de ses agissements.

Il utilisait son besoin de massage et ses fréquents voyages à l'étranger pour dissimuler son comportement abusif, attirant les victimes en instaurant la confiance par des discussions spirituelles et en offrant des fonds provenant directement de son ministère.

Un rapport de 12 pages rendu public par Ravi Zacharias International Ministries (RZIM) confirme les abus commis par Zacharias dans les spas qu'il possédait à Atlanta et révèle cinq autres victimes aux États-Unis, ainsi que des indices clairs d'abus sexuels en Thaïlande, en Inde et en Malaisie.

Même un examen limité des anciens équipements de Zacharias a révélé les contacts de plus de 200 massothérapeutes aux États-Unis et en Asie, ainsi que des centaines d'images de jeunes femmes, dont certaines les montraient nues. Zacharias a sollicité et reçu des photos jusqu'à quelques mois avant sa mort en mai 2020, à l'âge de 74 ans.

Selon les enquêteurs, Zacharias a utilisé des dizaines de milliers de dollars d'un fonds de son ministère alloué à des soutiens humanitaires pour rémunérer quatre massothérapeutes, leur fournissant un logement, une formation et un soutien mensuel pendant de longues périodes. Une femme a déclaré aux enquêteurs qu'« après s'être arrangé pour que le ministère lui fournisse un soutien financier, il a demandé à avoir des relations sexuelles avec elle ». Elle parle de viol.

Toujours selon le rapport, cette femme a déclaré que Zacharias « l'a fait prier avec lui pour remercier Dieu pour l'opportunité qu'ils avaient tous deux reçue » et, comme pour d'autres victimes, « l'appelait sa “récompense” pour avoir vécu une vie au service de Dieu ». Zacharias avait averti la femme, croyante elle aussi, que si elle le dénonçait elle serait responsable de la perte de millions d'âmes lorsque sa réputation serait entachée.

Les conclusions, de pair avec les détails révélés au cours des mois d’investigations internes au sein de RZIM, remettent en question l'image que beaucoup s’étaient faite de Zacharias.

Au moment de son décès, il était acclamé pour son témoignage fidèle, son engagement envers la vérité et son intégrité personnelle. Aujourd'hui, il est clair qu'en coulisses l'homme si longtemps admiré par des chrétiens du monde entier a abusé de nombreuses femmes et manipulé son entourage pour qu'il détourne le regard.

Article continues below

Lettres de nouvelles gratuites

Plus de lettres de nouvelles

Les avocats de Miller & Martin, Lynsey Barron et William Eiselstein, engagés par RZIM pour mener l'enquête, ont interrogé 50 témoins et examiné les téléphones utilisés par Zacharias de 2014 à 2018. Au final, ces juristes déclarent, et ce même si l’enquête n’a pas pu avoir un caractère exhaustif : « nous sommes convaincus d'avoir découvert suffisamment de preuves pour conclure que M. Zacharias s'est livré à de l'inconduite sexuelle ».

Le conseil d'administration de RZIM a publié parallèlement au rapport d'enquête une lettre ouverte exprimant ses regrets et reconnaissant une part de responsabilité :

« Ravi a mis en place de vastes mesures afin de garder secret son comportement vis-à-vis de sa famille, de ses collègues et de ses amis. Cependant, nous reconnaissons également que dans des situations d’abus prolongés, il existe souvent des problèmes structurels, culturels et liés aux politiques internes. […] Nos employés, nos donateurs ainsi que le public nous avaient fait confiance pour veiller sur la redevabilité de Ravi Zacharias, et nous avons échoué dans cette tâche. »

RZIM a engagé Miller & Martin après un reportage de CT en septembre 2020 concernant des accusations d'abus par trois femmes qui travaillaient dans les spas de Zacharias. Au départ, la direction du ministère a déclaré ne pas croire ces femmes. Aujourd'hui, les choses ont changé.

« Nous croyons non seulement les femmes qui ont rendu leurs accusations publiques, mais aussi toutes celles qui étaient restées dans l’ombre et dont les identités ont été révélées au cours de l’enquête » peut-on lire dans la lettre ouverte.

En l'espace de huit mois, RZIM est passé de la nécessité de réinventer le travail de son ministère international après la mort de son célèbre fondateur éponyme à celle de se restructurer entièrement, les chrétiens à l'intérieur et à l'extérieur de l'organisation ayant perdu confiance en son dirigeant de longue date.

De nombreux intervenants et membres du personnel de RZIM ont quitté l'organisation au cours de l'enquête, inquiets de la réaction initiale des principaux responsables face à ces accusations. La branche canadienne de RZIM a suspendu ses efforts de levée de fonds et de collecte de dons jusqu'en avril. Le lendemain de la publication du rapport, le conseil d'administration britannique de Zacharias Trust a voté à l'unanimité pour se séparer de RZIM et choisir un nouveau nom.

Avant même la publication du rapport, la direction de RZIM avait changé de cap en réduisant l'implication de la famille Zacharias. Margie Zacharias, la veuve de Ravi, a démissionné du conseil d'administration et de l'organisation en janvier, tandis que sa fille Sarah Davis a quitté la présidence du conseil d'administration mais reste PDG.

Selon des membres du personnel de RZIM, le ministère – la plus grande organisation d'apologétique au monde – prévoit de réduire considérablement ses effectifs pour n'inclure plus qu’une dizaine d'apologètes américains et quelques orateurs internationaux, soutenus par un personnel réduit.

Article continues below

L’enquête limitée par un accord de confidentialité

En plus de confirmer les précédents témoignages d'abus dans les spas de Zacharias, le nouveau rapport corrobore les accusations de Lori Anne Thompson, une Canadienne qui avait affirmé quatre ans auparavant que Zacharias l'avait manipulée pour lui envoyer des messages et des photos sexuellement explicites. Cette affaire avait été le premier scandale sexuel lié à Zacharias à être rendu public, et elle a encouragé d'autres victimes à se manifester.

Zacharias avait poursuivi Thompson en justice en 2017, affirmant que la lettre de son avocat au conseil d'administration de RZIM alléguant des abus sexuels était en réalité une tentative élaborée d'extorsion. Le conseil d'administration déclare dans sa lettre ouverte : « Nous croyons que Lori Anne Thompson a dit la vérité au sujet de la nature de sa relation avec Ravi Zacharias ».

Les enquêteurs ont interrogé d'autres témoins qui ont « rapporté un comportement similaire » à ce qu’avait déclaré Mme Thompson et ont découvert un schéma d’échanges de messages avec d'autres femmes avant et après elle ayant duré six ans.

Pourtant, Lori Anne Thompson et son mari Brad n'ont pas pu contribuer eux-mêmes à la récente enquête. La succession du défunt apologète a refusé les demandes des enquêteurs de lever un accord de confidentialité pour permettre aux Thompsons de parler de ce qui s'est passé. Leur avocat, Basyle Tchividjian, a déclaré aux enquêteurs qu'avec tout ce qui a été mis au jour, le fait que les Thompsons soient toujours liés par un tel accord est « répréhensible ».

Davis a écrit dans un courriel adressé à l'ensemble du ministère que RZIM « a demandé une modification de l’accord de confidentialité pour les besoins de l’enquête », mais que l'organisation n'a aucune autorité sur la succession, qui est contrôlée par sa mère, Margie Zacharias. La succession a également refusé que les avocats personnels de Zacharias remettent toute preuve recueillie à partir des outils qu’il utilisait à l'époque, ce qui laisse un vide dans le dossier examiné par Miller & Martin.

Selon le rapport d'enquête, cependant, Zacharias a continué à solliciter des images sexuelles de femmes alors qu'il concluait un accord avec les Thompsons, se défendait publiquement et assurait à la direction et au personnel de RZIM qu'il n'avait rien fait de mal et qu'il n'était pas nécessaire d'enquêter.

« Alors qu'il déclarait à son personnel que sa véritable erreur dans l'affaire Thompson était de ne pas avoir averti quelqu'un qu'il recevait des photos d'une autre femme, nous n'avons aucune indication qu'il se soit jamais adressé à la direction de RZIM ou à son conseil d'administration dans les plus de 200 occasions où il a reçu des photos de femmes pendant et après l'affaire Thompson », indique le rapport.

En réalité, selon les enquêteurs, un jour après que Zacharias ait déclaré publiquement en 2017 qu'il avait appris une « leçon difficile et douloureuse » dans ce qui s’était passé avec Lori Anne Thompson, il recevait de nouvelles photographies d'une autre femme. Cette femme lui a également envoyé des photos dénudées.

Article continues below

Une chose a cependant changé. Après l'affaire Thompson, les enquêteurs ont remarqué que Zacharias avait plus efficacement effacé ses messages d'une manière qui ne pouvait être ni repérée ni découverte.

Dans sa déclaration publiée conjointement au rapport, le conseil d'administration de RZIM a reconnu cet échec et a présenté ses excuses à Lori Anne Thompson :

« Nous avions tort. […] C’est avec une profonde douleur que nous reconnaissons cela. En effet, nous n’avions pas cru les Thompson et, en privé comme en public, nous avons contribué à perpétuer de faux récits ; pendant des années, ils ont été diffamés et leur souffrance n’en a été que plus grandement prolongée et intensifiée. Nous avons sincèrement le cœur brisé, et nous avons honte. »

« Il a pu cacher sa mauvaise conduite à la vue de tous »

Une grande partie des abus découverts par les enquêteurs ont eu lieu dans le cadre de massages, dont Zacharias dépendait pour traiter une affection chronique du dos. Il voyageait régulièrement avec une masseuse personnelle et avait critiqué un collègue de RZIM qui s’interrogeait sur « l'apparence d'inconvenance » de cette situation.

Bien que le rapport n'ait pas interrogé de sources en-dehors des États-Unis, les enquêteurs ont découvert des preuves que Zacharias rencontrait régulièrement des massothérapeutes lorsqu'il voyageait.

« Il organisait souvent des massages dans sa chambre d'hôtel alors qu'il était probablement seul », indique le rapport. « Selon ses SMS, il rencontrait parfois les thérapeutes dans le hall de l'hôtel et parfois il leur demandait de venir directement dans sa chambre ».

À Bangkok, il possédait deux appartements au début des années 2010, partageant un immeuble avec l'une de ses massothérapeutes selon les constats des enquêteurs. L'application de notes sur son téléphone comprenait des traductions en thaï et en mandarin de phrases comme « j'aimerais avoir un beau souvenir avec toi », « un peu plus loin » et « tes lèvres sont particulièrement belles ».

Les massothérapeutes et les femmes figurant dans les albums des téléphones de Zacharias étaient des dizaines d'années plus jeunes que lui, beaucoup d'entre elles dans la vingtaine.

L'enquête n'a trouvé aucune preuve que la direction ou le personnel de RZIM aient été au courant de l'inconduite sexuelle de Zacharias. Elle montre également que le ministère n'a pas ou peu demandé de comptes à son fondateur éponyme.

« Parce que son besoin de massages thérapeutiques était bien connu et accepté, il a pu cacher sa mauvaise conduite à la vue de tous », dit le rapport.

Zacharias affirmait l'importance de « garde-fous concrets » pour « protéger [son] intégrité », mais le rapport Miller & Martin note que « en tant qu'architecte de ces “garde-fous concrets”, M. Zacharias savait bien comment y échapper ».

Article continues below

L'enquête a confirmé que Zacharias mentait sur le fait de ne jamais être seul avec une femme autre que sa femme ou ses filles. Il conservait également en permanence plusieurs téléphones, les gardait sur un réseau sans fil différent de celui de RZIM, et n'utilisait jamais le réseau sans fil du bureau. Zacharias affirmait que c'était pour des raisons de sécurité, mais cela garantissait que ses communications ne puissent pas être surveillées.

La déclaration du conseil d'administration de RZIM reconnaît n’avoir « pas été à la hauteur » et regrette « que notre confiance démesurée en Ravi ait permis qu’il bénéficie de moins de supervision et de redevabilité que ce que la sagesse et l’amour auraient exigé ».

Chaque élément du rapport contraste avec le témoignage public d'un dirigeant – et d'une organisation – connus pour prêcher l'intégrité et la vérité.

« Ceux d'entre vous qui m'ont vu en public n'ont aucune idée de ce que je suis en privé », déclarait Zacharias à ses sympathisants lors d'une conférence donnée environ un an avant sa mort, dont l'enregistrement a été partagé avec CT. « Dieu le sait. Dieu le sait. Et je vous encourage aujourd'hui à prendre cet engagement et à dire : “Je vais être en privé l'homme qui recevra l'approbation divine : Bravo, bon et fidèle serviteur” ».

Beaucoup de ceux qui considéraient Zacharias comme un mentor, un modèle et un père spirituel tentent aujourd'hui de faire face à ces nouvelles informations, à leur sentiment d'avoir été trahis et à leurs questionnements sur leur propre responsabilité.

« Je me sens déçu par moi-même et par d'autres qui auraient pu résister plus fermement aux courants d'une loyauté trop servile pour exiger de meilleures réponses plus tôt, car rien dans le credo évangélique n'honore la lâcheté ou ne sacrifie la conscience », écrivait Dan Paterson, ancien directeur de RZIM en Australie, sur Facebook le 10 février.

« Je ressens une profonde crainte du Seigneur, sachant qu'un jour je rendrai moi aussi compte lorsque, comme dans le rapport sur Ravi Zacharias, tout ce qui se fait sous le voile de l'obscurité sera révélé. Jésus vient rétablir la justice à travers le jugement. Oh, comme j'aurais aimé que Ravi se repente ici ! »

Changements à venir pour RZIM

Le conseil d'administration (dont les membres ne sont pas connus du public) et la direction ont planifié un bilan depuis que le rapport intermédiaire des enquêteurs en décembre a préparé RZIM à envisager le pire.

En septembre 2020, la position officielle de l'organisation était que les accusations ne pouvaient pas être vraies mais qu'elle mènerait une enquête pour blanchir le nom de Zacharias. Au départ, RZIM a engagé le cabinet de l'un des avocats qui avaient poursuivi les Thompsons. Plusieurs personnes au sein du ministère ont déclaré que le vice-président Abdu Murray avait suggéré d'engager un ex-policier « dur » pour retrouver les accusateurs et dénicher des informations que l’organisation pourrait utiliser pour les discréditer.

Article continues below

RZIM a changé de cap et a engagé Miller & Martin début octobre, après que plusieurs orateurs aient déclaré avoir trouvé les accusations crédibles et demandé au ministère de mener une enquête sérieuse et digne de confiance.

« Je crois que chacun d'entre nous porte une part de responsabilité pour ce a quoi nous avons tous été aveugles, ce que nous avons permis sans le vouloir, ce contre quoi nous n'avons pas élevé la voix, et ce que nous avons laissé continuer et perdurer », a déclaré Sam Allberry, l'un des orateurs, à ses collègues britanniques.

Comme CT le rapportait précédemment, des luttes au sujet de la complicité et de la responsabilité des uns et des autres ont agité le ministère pendant des mois alors que l'enquête se poursuivait. Au début de la nouvelle année, RZIM se préparait à une scission.

Davis a informé le personnel que certaines agences dans le monde pourraient décider de se séparer de RZIM et devenir des organisations nationales indépendantes. Actuellement, chaque antenne possède ses propres statuts ou une charte nationale en tant qu'organisation caritative et est associée au ministère américain par le biais d'un « accord d’affiliation ». Cela a permis à RZIM de fonctionner comme un ministère international unique.

« Nous avons été capables de fonctionner en pratique comme une seule organisation pendant plus de 35 ans. Cependant, dans une période de crise comme celle que nous traversons, certains de nos conseils d'administration ont dû exercer leur pouvoir de décision indépendamment du siège et du conseil d'administration international afin de prendre ce qu'ils estiment être les meilleures décisions pour leur entité », a écrit Davis.

Certains des principaux apologètes au sein de RZIM pensent que la séparation au niveau national est le seul moyen de préserver les parties de l'organisation qui font du bon travail.

John Lennox, un mathématicien et apologète d'Irlande du Nord qui a notamment débattu avec Richard Dawkins, Christopher Hitchens et d'autres « nouveaux athées », a exhorté la branche britannique de RZIM à la séparation. Lennox s'est retiré de toute association avec RZIM le jour qui a suivi le compte-rendu fait par CT des accusations concernant le spa, mais a déclaré aux apologètes britanniques qu'il serait heureux de travailler avec eux s'ils venaient à former une organisation indépendante.

« Les accusations actuelles sont d'une nature si grave que je ne peux être impliqué dans aucune activité en cours au nom de RZIM », écrivait Lennox dans une déclaration aux conseils d'administration britannique et américain. « Selon moi, un changement de nom de l'organisation et une restructuration en profondeur de l'organisation et du conseil d'administration doivent être accomplis et ce très rapidement, si l’on espère préserver dans une quelconque perspective collective le potentiel de la merveilleuse jeune équipe d'apologètes ».

Article continues below

Selon de multiples sources au sein du ministère, d'autres conseils nationaux sont également en train de se distancier du siège américain. Le conseil canadien a affirmé dans une déclaration qu’« il est clair que ce ministère ne peut pas être construit sur les structures passées » mais « doit être construit sur de nouvelles approches et relations ».

Le ministère canadien d'apologétique a également licencié quatre membres de l'équipe, dont Daniel Gilman, un orateur qui avait décidé de croire les femmes qui accusaient Zacharias d'abus sexuels et avait ouvertement appelé la direction de RZIM à reconnaître sa complicité. Gilman a déclaré à CT qu'il s’inquiétait beaucoup que ce ministère qu'il aime choisisse de travailler à refaire son image mais ne se repente pas.

L'indemnité de licenciement de Gilman comprenait un accord de confidentialité, qui lui aurait interdit « toute action dont on pourrait raisonnablement s'attendre à ce qu'elle nuise à la réputation » ou « donne une image négative » de RZIM. Gilman a protesté et l'accord de confidentialité a été remplacé par un accord visant à garder confidentielles les informations relatives aux donateurs.

De nombreux autres licenciements sont attendus prochainement. Des employés de RZIM ont déclaré à CT qu'ils s'attendent à ce que le ministère international, qui a compté jusqu’à 100 orateurs et 250 membres du personnel aux États-Unis, soit réduit à une fraction de cela. Davis a indiqué au personnel que des licenciements seront annoncés dans les semaines qui suivront la publication du rapport Miller & Martin.

« C'est une décision très difficile, nécessaire uniquement en raison de la situation dans laquelle nous nous trouvons », a-t-elle écrit. « Nous en sommes profondément désolés. »

Après les réductions de personnel et les scissions nationales, l'équipe qui restera sera probablement celle des intervenants qui étaient les plus proches de Zacharias et ont des relations bien établies avec les principaux donateurs. Des personnes au sein de RZIM s'attendent à ce que le noyau comprenne les orateurs Michael Ramsden, Abdu Murray, et Vince Vitale, sous la direction de Davis.

Davis a démissionné de la présidence du conseil d'administration, laissant les rênes à Chris Blattner, un cadre retraité d'une société d'énergie et donateur important originaire du Minnesota. Pendant la crise, cependant, Davis a pris en charge une part plus importante dans la gestion quotidienne de RZIM, mettant personnellement son nom sur toutes les communications internes et externes.

Le conseil d'administration de RZIM a déclaré jeudi que « À la lumière des faits révélés par l’enquête et l’évaluation en cours, nous recherchons la volonté du Seigneur en ce qui concerne l’avenir de RZIM […] Dans la prière et le jeûne, nous allons prendre le temps de discerner comment Dieu nous conduit, et nous en parlerons dans un futur proche ».

Article continues below

RZIM a annoncé qu'il fait appel à Rachael Denhollander, défenseur des victimes, pour former le conseil d'administration et les dirigeants à la question des abus sexuels et les conseiller sur les meilleures pratiques à adopter à l'avenir. Le ministère a également engagé une société de conseil en gestion pour évaluer « ses structures, sa culture, ses politiques internes, ses processus, ses finances et ses pratiques » et proposer des réformes.

Une prière exaucée

Le secret des abus de Zacharias a commencé à se dissiper le jour de ses funérailles, en mai 2020. L'une des massothérapeutes victime d'attouchements, devant laquelle il s'était aussi masturbé et à qui il avait demandé des images sexuellement explicites, était sous le choc de voir l'apologète honoré et célébré lors de la retransmission en direct. Des célébrités, dont le vice-président Mike Pence et la star chrétienne du football Tim Tebow, évoquaient Zacharias en termes très élogieux.

Personne ne s’est-il manifesté ? a-t-elle pensé. Personne ?

Elle était inquiète pour les autres femmes qui pourraient être là, à souffrir. Elle a prié pour que quelque chose se passe.

Elle a introduit sur Google les mots « Ravi Zacharias scandale sexuel » et est tombée sur le blog RaviWatch, dirigé par Steve Baughman, un athée qui recensait et rapportait les « affirmations douteuses » de Zacharias depuis 2015. Baughman avait abordé les fausses déclarations de Zacharias concernant ses diplômes, les accusations concernant des sextos et les poursuites judiciaires qui avaient suivi. Lorsque la femme a lu ce qui était arrivé à Lori Anne Thompson, elle a reconnu dans son récit ce qu’elle avait elle-même vécu.

À sa connaissance, ce blogueur athée était le seul à se soucier du fait que Zacharias avait abusé sexuellement des personnes et s'en était tiré à bon compte. Elle a contacté Baughman, puis a finalement parlé à CT des spas de Zacharias, des femmes qui y travaillaient et des abus qui se produisaient derrière ces portes closes.

Elle a affirmé à CT qu'elle n'attendait rien de RZIM. Pas une reconnaissance. Certainement pas des excuses. Elle pensait qu'un ministère pesant plusieurs millions de dollars, construit au nom d'un homme et sur sa réputation, n'admettrait jamais la vérité de ses secrets.

Si elle s'est exprimée, c'est uniquement parce qu'elle voulait que d'autres femmes – des femmes blessées par Zacharias, et des femmes victimes d'autres chrétiens célèbres et admirés – connaissent la vérité. Elle voulait qu'elles sachent qu'elles n'étaient pas seules.

La semaine du 9 février, elle croit que Dieu a répondu à sa prière.

« Je pense que cela s'est passé au moment parfait de Dieu », a-t-elle déclaré. « C'est en son temps ; c'est à sa manière. C’est le Seigneur qui a fait cela, et ce qui restera, c'est ce que Dieu aura voulu qu’il reste ».

Traduit par Léo Lehmann

[ This article is also available in English español Português 简体中文 한국어 Indonesian, and 繁體中文. See all of our French (Français) coverage. ]